<

LA MEILLEURE MANETTE POUR LES JEUX PC

La souris et le clavier resteront toujours le choix numéro 1 pour jouer à des jeux sur PC. Ceci dit, certains jeux conviennent mieux aux manettes. Et comme de plus en plus de jeux pour consoles sont accessibles sur PC, on ne peut que vouloir s’équiper de la bonne manette à garder sous la main. Mais quelle manette fonctionne le mieux sur PC ? J’ai testé la DualShock 4, la Xbox 360 Controller, chaque version officielle de la Xbox One Controller et quelques manettes PC pour choisir celle que je préfère. Voici les meilleures manettes de jeu PC choisies pour leur confort, leur contrôle et leur compatibilité avec les jeux PC.

La meilleure manette PC

manette Dual Shock 4 V2 pour PS4

La PlayStation DualShock 4 51 €

 (+) Les gâchettes et les bumpers procurent une sensation plus tactile que les manettes Xbox

(+) Les gâchettes analogiques procurent une superbe sensation

 (+) Conception résistante

 (-) Des utilisateurs signalent des sticks analogiques abîmés après une utilisation prolongée

 (-) Nécessitait un logiciel pour fonctionner sur PC à sa sortie

La DualShock 4 n’est pas censée être utilisée sur PC, mais c’est quand même ma manette préférée. J’ai utilisé toutes les manettes qui lui ont précédée : les deux manettes Logitech actuelles, la Mad Catz C.T.R.L.R, la Razer Sabertooth, la Xbox 360 Controller, la Xbox One Controller et à peu près toutes les manettes de console depuis la Nintendo NES jusqu’aux plus récentes. La DualShock 4 n’est pas meilleure que ces concurrentes à tous les niveaux, mais c’est le meilleur choix du moment.

Elle n’a pas l’air aussi résistante que la Xbox One Controller, mais elle n’a pas de quoi rougir. Même en serrant les poignées avec toute ma force, je peux à peine entendre la pression que ça crée. J’ai fait la même chose en appuyant sur tous les boutons, gâchettes, bumpers et sticks analogiques. Tout est revenu à sa position de départ comme si je n’avais rien touché. Au fil du temps, j’ai entendu des personnes se plaindre de caoutchouc abîmé sur les sticks analogiques et de gâchettes qui collent aux mains. Le premier problème peut être réglé avec des grips en silicone. Le second paraît embêtant, mais le seul signe d’usure que j’ai personnellement rencontré au niveau des gâchettes, c’est un léger grincement après les avoir beaucoup utilisées. Elles sont toujours souples et n’ont jamais collé.

manette Dual Shock 4 V2 pour PS4

Les boutons plats et mats de la DS4 ne sont pas aussi prononcés que ceux de la Xbox 360, bombés et brillants, mais ils sont faciles à repérer. Ils sont fermes et ils « cliquent », mais leur forme n’exerce pas beaucoup de pression sur mon pouce, ce que j’apprécie. Pour des sessions de jeu prolongées, je trouve que les boutons plus durs de la Xbox 360 Controller peuvent me donner plus facilement ces espèces de durillons que beaucoup de gamers développent sur les pouces.

Contrairement aux gâchettes longues et fines de la 360, celles de la DS4 sont courtes et larges. Je ne trouve pas que le design change quoi que ce soit quand je joue car chaque gâchette est facile à atteindre et à utiliser. Ce que je préfère avec les gâchettes de la DS4, c’est qu’en appuyant dessus jusqu’au bout, elles marquent un arrêt net avec un effet de clic, alors que celles de la Xbox 360 se rétractent légèrement dans le boîtier. Et c’est la même chose pour les gâchettes de la Xbox One. Cet effet de clic n’affecte pas vraiment le fonctionnement des gâchettes, mais l’expérience tactile est plus agréable.

Les bumpers de la DS4 battent aussi la Xbox 360 Controller grâce à un mouvement ferme et net. Ceux de la Xbox One sont mieux, mais à cause de leur placement, je les atteins seulement avec le bord de mes index, ce qui est un peu étrange. Et en appuyant dessus, on entend un clic doux sur le côté extérieur. Ceux de la DS4 sont beaucoup plus petits, mais ils montent et descendent en ligne droite avec un mouvement plus intuitif.

Le D-pad bancal de la Xbox 360 fonctionne mais est de mauvaise qualité, ce qui ne joue pas en sa faveur. Celui de la Xbox One a été grandement amélioré : une croix qui « clique » et qui répond bien aux changements de direction rapides. Mais le D-pad de la DS4 convient très bien aussi, c’est juste que je le trouve trop doux. Il y a très peu de vibration, mais en pratique,  j’ai constaté que je n’en avais pas besoin. C’est précis, et une fois que ma mémoire musculaire a pris le relai, je n’ai eu aucun mal à spammer Cannon Spikes dans Ultra Street Fighter IV.

Maintenant que j’y suis habitué, la DS4 s’adapte très bien à mes mains et je la préfère de loin à la DS3 plus petite (et dans l’ensemble mauvaise). Les gâchettes ne tombent pas exactement sur le bout de mes index, ce que je trouve un poil désagréable, mais je ne m’en rends quasiment pas compte lorsque je joue. L’emplacement des boutons Share et Options (Sélectionner et Start) est étrange et ils se rétractent un peu trop dans le boîtier. Mais comme ce sont les boutons les moins importants, c’est tout juste un inconvénient.

Pour finir, c’est quelque chose qui génère beaucoup de débats, mais je trouve les sticks analogiques de la DS4 un peu mieux que ceux de la Xbox One. J’aime le fait qu’ils soient légèrement plus gros. Ils sont aussi plus résistants et reviennent au centre avec plus de force. J’aurais juste aimé qu’ils soient un peu décalés car je n’apprécie pas trop la courte distance qui les sépare l’un de l’autre. Mais je pense que c’est surtout une question de préférence, donc on peut difficilement parler de défaut de conception.

Pilotes et logiciels

Le plus gros point négatif (aussi accompagné d’un point positif), c’est qu’à la base, la DS4 n’est pas conçue pour être compatible avec les PC Windows. On peut facilement faire fonctionner une Xbox 360 Controller ou une Xbox One Controller et la plupart des jeux PC utilisent les boutons ABYX pour les instructions à l’écran. Mais à la sortie de la DS4, il n’y avait aucun pilote officiel et il a fallu attendre l’adaptateur sans fil DualShock, lancé quelques mois plus tard. Quoi qu’il en soit, le DS4Windows non officiel est excellent. Pour faire simple, ce logiciel dupe Windows en traitant la DS4 comme une Xbox 360 Controller. De cette façon, quasiment tous les jeux compatibles avec la Xbox 360 Controller (c’est-à-dire n’importe quel jeu compatible avec une manette) devraient fonctionner avec le profil par défaut. Il permet aussi d’accéder à énormément d’options de personnalisation (j’adore jouer avec les réglages de la LED).

J’ai passé environ 15 minutes à bidouiller l’appairage Bluetooth pour qu’il fonctionne, mais une fois que c’était bon, je n’ai pas eu de problèmes. Le DS4Windows remplit très bien son rôle et me permet même d’utiliser le pavé tactile situé au centre de la manette comme une souris (ce n’est pas top comme souris mais c’est sympa). Si la configuration ne vous fait pas peur, la DS4 est une excellente manette sans fil pour PC qui assure niveau personnalisation. Oui, c’est une manette de console, mais après tout, les manettes font partie de l’univers des consoles. Et opter pour la DS4 malgré son manque de support officiel, c’est bien le genre de choses que les joueurs PC font, non ?

Un bon rapport qualité/prix

La Wired Xbox 360 Controller — 14,69 €

 (+) Prix accessible

 (+) Officiellement compatible avec la plupart des jeux

 (-) D-Pad de mauvaise qualité

La DualShock 4 est ma manette préférée mais la Xbox 360 et la Xbox One restent d’excellents choix. J’ai une Xbox 360 Controller depuis 2006 et même si elle a désespérément besoin d’être nettoyée, elle fonctionne toujours très bien. La Xbox One Controller, à peine plus petite, semble toute aussi bien faite. En plus, elle est dotée d’un D-pad amélioré. La Xbox 360 et la Xbox One possèdent des pilotes officiels avec lesquels je n’ai pas rencontré de problèmes. La plupart des jeux PC compatibles avec les manettes sont conçus avec ces deux manettes-là en tête.

Et même si la DS4 est pour moi la grande gagnante, je continuerai probablement d’utiliser une Xbox 360 Controller régulièrement, tout simplement car je préfère la disposition des sticks analogiques. Je préfère aussi ses gâchettes et ses bumpers à ceux de la Xbox One.

Opter pour une Xbox 360 Controller permet d’économiser un peu d’argent par rapport à la DualShock 4. Une Xbox 360 Controller sans fil coûte légèrement moins cher, mais la version filaire est encore moins chère.

L’avantage principal de la manette filaire 360, c’est qu’elle est très simple à utiliser. La plupart des jeux PC affichent des instructions à l’écran qui sont basées sur la manette Xbox et ils autodétectent immédiatement que la manette est branchée. Avec le DS4Windows, la DualShock 4 fonctionne aussi bien que les manettes Xbox, mais il faut passer un peu plus de temps à la configurer.

Si vous n’avez pas vraiment d’exigences particulières pour le D-pad (et celui de la 360 est utilisable, voire génial), je vous recommande d’économiser et d’opter pour une Wireless Xbox 360 Controller.

 

La meilleure manette de luxe

La Xbox One Elite Wireless Controller 129.99 €

 (+) Design magnifique et résistant

(+) Pièces facilement permutables

(+) Très bon logiciel compagnon pour la configuration

(-) 3 fois le prix d’une manette de jeu normale pour les mêmes sensations et formes de base

 

L’utilisation des termes tels que « Élite » n’est en général rien de plus qu’une histoire de marketing absurde, mais dans ce cas précis, je pense que le terme est approprié. À tous ceux qui possèdent des écouteurs en verre volcanique ou qui aiment avoir des PC de dernier cri, propres et élégants : la Xbox Elite Controller est faite pour vous.

C’est une manette sublime, résistante et configurable, idéale pour les amateurs de luxe. Le boîtier et la disposition des boutons n’ont pas l’air très différents des premières manettes Xbox One, ceci dit elle semble plus lourde que la plupart des manettes que j’ai utilisées. J’aime que mes manettes et souris soient un minimum lourdes, mais ça ne doit pas être agréable pour ceux qui ont de petits poignets après de longues sessions de jeu. Les boutons sont larges et mous, les gâchettes et les bumpers sont réactifs : les sensations sont exactement les mêmes que celles qu’on peut avoir avec une Xbox One Controller.

À l’arrière, quatre palettes métalliques sont facilement permutables grâce à des aimants légers. Elles sont faciles à atteindre et chacune génère un clic léger et distinct. Les sticks sont également permutables grâce à des aimants et offrent un choix de tailles différentes avec des formes bombées ou creuses. La taille des doigts et les préférences de jeu étant différentes pour chacun, c’est bien pratique. Les palettes sont particulièrement utiles dans les jeux où lâcher le stick droit pour appuyer sur un bouton peut ralentir le temps de réaction. Dans Dark Souls 2, j’ai assigné le bouton « Roulade » à une palette. Je m’y suis habitué en quelques minutes et j’ai même trouvé que c’était mieux.

Il y a deux configurations de D-pad : une croix classique avec les quatre directions et un disque omnidirectionnel qui pourrait bien s’avérer utile pour les jeux de combat. La croix classique ressemble beaucoup à celle de la Xbox One Controller d’origine, mais la possibilité d’alterner facilement entre les deux designs est extrêmement avantageuse pour les jeux (ou les joueurs) qui utilisent le D-pad de différentes manières. Il y a un léger effet magnétique quand on les retire et ils ne se sont jamais décrochés par accident pendant mes sessions de jeu.

Placée sur l’arrière des poignées, une texture subtile en caoutchouc empêche les mains transpirantes de glisser. Sur le devant, la texture en caoutchouc est lisse et d’un noir mat et séduisant. Même si ça a l’air sympa, ce n’est pas complètement nécessaire, et c’est un peu ce qui semble définir l’Elite Controller : elle n’a rien d’indispensable. Elle est faite pour ceux qui peuvent se permettre une version plus agréable de la Xbox One Controller avec des options de personnalisations faciles à configurer.

L’ajout d’un logiciel bien pensé permettant d’ajuster les valeurs minimales et maximales des gâchettes, la sensibilité des sticks, la configuration des boutons et la désignation des profils la rend encore plus intéressante pour l’expérimentation PC. Sa construction résistante peut probablement supporter de nombreuses chutes et peut-être un ou deux gros coups quand on est en colère (mais évitez d’en arriver là). Avec la Xbox Elite Controller, tout a l’air précis et réfléchi. Même si son design familier ne sort pas de l’ordinaire, son côté configurable et élégant suffit pour la recommander à ceux qui peuvent se le permettre.

 

La manette conçue pour les jeux incompatibles avec les manettes..

La Steam Controller — 74,85€

 (+) Peut être utilisée pour contrôler les jeux souris-clavier

 (+) Contrôles très configurables

 (-) Design peu agréable, ressemble à un prototype

 (-) Utilité limitée et temps d’adaptation long

 

La première tentative de Valve pour faire du salon un espace de jeu PC n’a pas l’air tout à fait aboutie. Évidemment, la Steam Controller peut contrôler des jeux, mais on a l’étrange impression d’être à mi-chemin entre un contrôle manette et un contrôle clavier-souris.

Les poignées sont énormes et font partie d’un design bombé censé courber les pouces de façon agréable sur le pavé tactile. Le problème, c’est qu’ils sont trop bombés et tapent un petit peu trop sur la paume des mains. Mes doigts deviennent rigides après quelques minutes de jeu, ce qui me fait un peu trop appuyer sur les palettes arrière sans le vouloir et me donne des crampes au pouce.

Les pavés tactiles circulaires fonctionnent très bien pour remplacer la souris, surtout une fois qu’on a un peu de pratique. Si on active le capteur gyroscopique dans un FPS, on peut utiliser le pavé pour regarder autour de soi et l’accélération pour modifier la précision du curseur, ce qui semble être un bon moyen de jouer à des jeux de rapidité. Mais peut-être pas de manière compétitive. Pour les jeux de stratégie en temps réel, on peut assigner certaines macros à des boutons tout en utilisant les pavés tactiles pour remplacer la souris et la caméra. Mais il faudrait énormément de temps pour s’habituer à un système de contrôle très particulier, tout ça pour être assis sur un canapé.

Mis à part cette nouveauté qui fait du salon une salle de jeu, les boutons paraissent trop petits et difficiles à repérer pour ceux qui ont de gros pouces. Les bumpers et les gâchettes n’ont pas toujours la réactivité requise pour certains jeux. Dans Super Hexagon, l’utilisation des palettes et des gâchettes échouait environ 2% du temps car les boutons mettaient trop de temps à rebondir en arrière.

On ne peut juste pas recommander la Steam Controller, même si avec assez d’ajustements et de patience elle permet de pleinement contrôler une tonne de jeux PC depuis le canapé. D’ici quelques années, Valve reviendra sûrement avec une nouvelle version de la Steam. Peut-être qu’elle mettra le doigt sur le design idéal et donnera un peu plus de raisons de passer dans le salon.

Mais alors pourquoi fait-elle partie de cette liste plutôt que d’être tout en bas avec le reste des manettes que j’ai testé ? Car la Steam Controller occupe au final une fonction unique : c’est la seule manette spécialement conçue pour jouer à des jeux qui ne sont pas compatibles avec les manettes dès leur sortie. Pour les jeux compatibles, je préfère la DualShock et les manettes Xbox. Mais si vous voulez absolument vous passer de votre souris et clavier pour jouer à des jeux PC tout en retrouvant au mieux leur fonctionnalité, alors la Steam Controller est le choix idéal.

S’habituer à la Steam Controller implique un temps d’adaptation difficile, mais elle vous coûtera moins cher que la Xbox Elite ou la Razer Wildcat. Et même si ce n’est pas votre manette préférée, peut-être qu’elle deviendra votre manette PC préférée, qui sait.

 

Commentaires